Mystère autour d’actinides s’approfondit les chercheurs de l’étude de provocation sur les éléments lourds’ origine

0
34

Hypernovae – un type très rare de supernova a réalisé la plupart des actinides dans l’univers, les chercheurs affirment. Leur découverte remet en cause une étude publiée quelques jours plus tôt, qui avait identifié un neutron star collision près du début du système solaire comme source d’éléments lourds.

Des scientifiques AMÉRICAINS ont publié une étude sur le 1er Mai décrivant leur découverte d’un violent stellaire collision de 4,7 milliards d’années que l’on dit, créé le curium et de plutonium dans le système solaire. Leur travail contredit les études précédentes, qui avaient suggéré que des métaux lourds radioactifs ont été produits par plusieurs supernovae.

Maintenant, une équipe dirigée par Daniel Siegel de l’Université de Columbia, états-unis, montrent que les éléments lourds étaient plus susceptibles produite par l’explosion de la mort des étoiles au moins 40 fois plus massive que le soleil.

Bien que ces hypernovae sont 10 fois plus rare que l’étoile à neutrons fusions, ils produisent 30 fois plus d’éléments lourds. Pour leurs calculs, l’équipe a examiné galactique abondance de l’europium par rapport à celle du fer. Le fer est l’élément le plus lourd que les stars peuvent se produire par la fusion nucléaire; de plus lourds sont créés par la nucléosynthèse dans les événements que la libération d’énormes quantités de neutrons. Selon les chercheurs, les simulations, les 80% d’actinides ont été produites dans de tels événements cosmiques.

Un hypernovae pourrait être aussi la raison du Réticulum II, une galaxie naine de 97 000 années-lumière de la Terre, est exceptionnellement riche en or et en europium. La galaxie naine acquis ses éléments lourds, peu de temps après il s’est formé. Le Britannique de l’équipe de notes, en faveur de sa théorie, qu’il prend un temps très long pour deux étoiles à neutrons pour la forme puis entrent en collision, tandis que les hypernovae peut se produire quelques millions d’années après une galaxie de naissance.

Siegel et ses collègues pensent qu’il a été difficile d’observer des éléments lourds à partir de hypernovae, car ils produisent de grandes quantités de nickel-56. Le métal radioactif du spectre se cache le plus faible des actinides signaux. Toutefois, la collecte de près l’émission infrarouge de données, plusieurs jours après l’étoile mourante de l’explosion initiale peut contenir d’élément lourd signaux, comme le suggèrent les chercheurs.

Références

D M Siegel, J Barnes et B D Metzger, de la Nature, 2019, DOI: 10.1038/s41586-019-1136-0

Katrina KrämerScience correspondant, Chimie Monde